Carte
  Articles de presse
   
   
   

Archives articles de presse.


Divers/Archives Articles de presse

 

 

 

Publié le 27/08/2010

L’orchestre de la Société musicale accueille les jeunes issus de l’école de musique dans une belle harmonie. Photo Pierre Gallion

Les répétitions de l’orchestre d’harmonie de la Société musicale d’Ahuy reprendront vendredi 10 septembre, à 20 h 45, au sous-sol du Mille-Club d’Ahuy, route de Messigny.

« Comme d’habitude, tous ceux qui désirent nous rejoindre seront les bienvenus, quel que soit leur niveau de pratique instrumentale, indique Nicolas Millot, secrétaire de l’association. Notre premier concert se déroulera samedi 16 octobre à la salle des fêtes d’Asnières-lès-Dijon, en compagnie de la batterie fanfare de Quetigny ».

« Notre école de musique accueille enfants et adultes sans limite d’âge les mercredis et samedis après-midi, toujours au sous-sol du Mille-Club d’Ahuy, poursuit Nicolas Millot. Les inscriptions et les réinscriptions seront enregistrées samedi 11 septembre et mercredi 15 septembre, à 14 heures, au sous-sol du Mille-Club. Les cours reprendront la semaine suivante ».

 

 

Haut de page


Publié le 05/03/2010

L'ensemble a conquis les spectateurs. Photo Gérard Puech

La Société musicale d'Ahuy et son invité, l'ensemble suisse Cor à cœur, ont associé leurs talents pour présenter devant un nombreux public un aperçu de leurs répertoires musicaux, salle Devosge.
Depuis 1868, la Société musicale d'Ahuy a toujours fait preuve d'une grande activité. Ses nombreux diplômes obtenus au cours de 32 concours et ses 73 médailles accrochées à sa bannière en sont les témoins. La Société musicale d'Ahuy, présidée par Patrick de Battista, est composée d'une quarantaine de musiciens de tout âge et de tout niveau. Son répertoire va de la musique traditionnelle à la musique contemporaine en passant par la variété internationale, la musique de film ou la chanson française.
L'ensemble Cors à cœur est un ensemble de cors des Alpes composé de deux ou trois musiciens qui viennent de la région genevoise et du Pays de Gex. Leur répertoire est composé de morceaux traditionnels suisses. Leur costume est typique de la Suisse centrale. Michel et Céline Stucki ont interprété quelques petites pièces.
Pour terminer, Céline Stucki, Louis Mairet et Patrick de Battista ont été médaillés et honorés par leurs pairs devant le public conquis.

 

 


Publié le 12/12/2009

Les musiciens et musiciennes récompensés pour leur fidélité à la Société musicale en compagnie des personnalités qui leur ont remis leurs diplômes. Photo Pierre Gallion

Sainte Cécile étant la patronne des musiciens, il est normal que le jour de sa fête ces derniers soient récompensés.

La Sainte-Cécile est la fête des musiciens : respectant scrupuleusement la tradition, la Société musicale d'Ahuy offre à cette date un mini-concert avant son grand banquet annuel et profite de l'occasion pour décerner des diplômes de la Fédération des sociétés musicales de France et de l'Union des fanfares de France à certains de ses membres pour honorer leur fidélité.

Le conseiller général, Gilbert Menut, le maire d'Ahuy, Jean-Claude Douhait, le président de la Fédération des sociétés musicales de la Côte-d'Or, Christophe Morizot, l'attaché parlementaire de Bernard Depierre, François Marchand, et le président de la Société musicale, Patrick de Battista, se sont partagé remises de médailles et de diplômes devant un public très nombreux réuni dans la salle de répétition de la formation.

Parmi les médaillés : Kevin Saunié et Xavier Minet pour dix années de fidélité ; Béatrice Lapostolle, Stéphanie Lamari et Emile Ladmiral (qui travaille à Metz mais qui revient répéter toutes les semaines à Ahuy), pour vingt-cinq années. Une mention spéciale pour les vingt-cinq années de Philippe Derfeuil, aujourd'hui aux USA, mais qui revient régulièrement jouer avec la formation au cours de ses deux séjours annuels en Bourgogne.

Le chef Éric de Battista a été récompensé pour trente années de présence, comme Gilles Goyard, mais qui lui totalise quarante années au service de la musique, puisqu'il avait joué durant dix ans à Talant.

Une médaille d'or avec étoile a été décernée à Jean-Paul Pallot, qui a commencé sa carrière de musicien à Gueugnon, puis l'a poursuivie à Marsannay-la-Côte, et a rejoint Ahuy il y a quatre ans.

Enfin, l'ancien président Jean-Pierre Ratel a reçu une médaille d'honneur vétéran pour cinquante années d'activités dans une société musicale : « Mon premier élève en 1953 à l'école de musique d'Ahuy », comme l'a souligné le directeur Louis Mairet.

 

 

Haut de page

Publié le 15/04/2009

Louis Mairet est un personnage passionné et perfectionniste. Il a été maire d'Ahuy pendant trente ans, jusqu'en 2001, et est directeur de l'Harmonie de la Société musicale depuis 1953. C'est à ce titre qu'il vient d'être décoré de la médaille d'or de Jeunesse et Sports.

LOUIS MAIRET a déjà reçu deux médailles de Jeunesse et Sport, celle de bronze en 1968 et d'argent en 1987, pour son action au sein de l'Harmonie. « Je peux dire que ma vie a été archi-pleine », confie Louis Mairet dans la salle de répétition de la Société musicale d'Ahuy, alors qu'il donne un cours à un petit groupe de clarinettistes.

Fondée en 1868

« La Société musicale a été fondée en 1868 par un groupe de vignerons parmi lesquels figuraient mes arrière-grands-parents, souligne Louis Mairet. Les deux familles, Ratel et Mairet, y sont encore aujourd'hui largement représentées. Mes grands-parents et mes parents en ont fait partie : quant à moi, je suis entré à la société, alors dirigée par mon grand-père Prosper Peltret, en octobre 1944 ».

Tombé tout enfant dans la musique, Louis Mairet est initié par les anciens de la Société puis fréquente le conservatoire, cinq ans à Dijon (Prix d'éducation musicale et médaillé en saxophone) et deux ans à Paris : « J'ai appris la trompette et le saxophone, et je joue actuellement du tuba dans la fanfare, lorsque je ne la dirige pas, précise Louis Mairet. J'ai fait mon service militaire pendant deux ans dans la musique au 8e régiment de transmissions du Mont Valérien, à Suresnes : j'ai eu la très grande chance d'y côtoyer une quinzaine de camarades de très haut niveau qui, par la suite, sont devenus des musiciens professionnels réputés, comme Maurice André ».

En 1993, alors que Maurice André donne un concert à Dijon, Louis Mairet l'invite à la mairie d'Ahuy pour signer le livre d'or : « C'est l'un de mes plus beaux souvenirs, avoue-t-il. Nous l'avons entraîné dans la salle de répétition et là nous avons improvisé l'enregistrement d'une cassette avec lui ».

Pas vraiment de regrets

De beaux souvenirs, et pas vraiment de regrets : « J'aurais peut-être pu entamer une carrière professionnelle à l'issue du conservatoire, à Paris, mais ma mère était veuve de guerre, et je suis revenu tout naturellement à Ahuy où je me suis engagé autant que je l'ai pu ».

L'actuel maire d'Ahuy, Jean-Claude Douhait, salue avec admiration les actions de son prédécesseur : « Président et vice-président de plusieurs syndicats intercommunaux, sa gestion de la commune a été exemplaire, en particulier par la création de plusieurs lotissements et de l'importante zone commerciale et artisanale, souligne-t-il. Louis est passionné, fidèle à ses engagements et surtout totalement désintéressé ».

Ses engagements ont également concerné durant 33 ans son métier de « gazier » à Gaz de France : comité d'entreprise, commission paritaire du personnel ou comité hygiène et sécurité, Louis Mairet s'est investi quotidiennement, comme il le fait encore dans l'école de musique de la Société, qu'il a fondée et avec laquelle il a accompagné les premières notes de plus de quatre cents jeunes depuis 1985.

Son bonheur : le soutien de sa famille

« Je suis Chevalier de l'ordre national du Mérite et dans l'ordre national des Arts et Lettres, je viens de recevoir la médaille d'or de Jeunesse et Sports, mais la plus belle des récompenses est sans conteste l'adhésion totale de ma famille à ma passion : pour mon bonheur, tous pratiquent la musique, mon épouse, mes enfants, ma belle-fille, mon gendre, mes petits-enfants, neveux et petits-neveux. J'attends maintenant avec impatience la célébration des cent cinquante ans de l'Harmonie, qui est aujourd'hui très bien classée avec son Premier Prix en première Section de la première Division, obtenu au Concours national en 2006 sous ma direction. À 76 ans, j'ai vraiment le sentiment d'avoir réussi ma vie ».

 

Haut de page